Day 7 – Rachel & Sam

Dimanche 22 mai – Province de Takeo, Angkor Borei & Phnom Da

Nous nous sommes rendus le matin au musée national de Takeo pour y étudier les inscriptions qui s’y trouvaient. On a pu mettre à jour les informations que l’EFEO possédait sur celles-ci. Nous sommes partis d’une fiche technique détaillant la localisation, la dimension du support, des lettres, etc. et à l’aide de mètres rubans, de nos yeux et de notre cerveau, nous avons essayé d’extraire toutes les informations possibles des inscriptions et de leurs supports. Nous nous sommes alors rendu compte que la fiche technique ne prenait pas forcément en compte certains points. Avec Darrel et Elizabeth, nous avons réfléchi plus tard à la manière dont on pouvait l’améliorer.

Nous sommes aussi allés au musée d’Angkor Borei après avoir mangé à côté, presque adossés à ses murs. Il y avait une dalle très intéressante qui avait une mortaise sur son lit d’attente (cf. schéma 1 et 2). A partir de cette information, nous avons pu conclure qu’il en existait une autre de l’autre côté car la pierre est brisée. Une mortaise implique obligatoirement un tenon avec un support. Cette pierre devait donc, à l’origine, être rattachée à une autre par un tenon. Il est possible que les tenons utilisés étaient en pierre car nous en avons vu un le matin même au temple d’Angkor Borei.

Nous avons, en effet, visité les temples encore en activité d’Angkor Borei. Il y avait sur ce site deux temples anciens et ce fut la raison de notre présence mais ce sont les bâtiments modernes qui m’ont le plus marquée. Nous avons été plongés dans des dédales de statues, de temples, de lieux de prières, le tout entièrement coloré. On s’aperçoit alors à quel point il est difficile d’avoir une image fidèle des sites antiques dont il ne nous reste que les squelettes. L’archéologie est une science qui s’appuie sur ce que le temps a bien voulu nous laisser. J’ai eu la même réflexion lorsque nous avons fait un arrêt pour voir la coupe stratigraphique d’un mur d’enceinte. Nous avons traversé des champs et des fermes pour y accéder et il se trouve que l’agriculture au Cambodge est une agriculture traditionnelle. C’est très intéressant car on peut faire des comparaisons avec ce qui pouvait être fait à d’autres époques et cela peut nous aider à comprendre les structures agricoles de certains sites dont il ne nous reste souvent que les négatifs.

Le site de Phnom Da était aussi très intéressant. Nous avons dû grimper un peu pour atteindre les temples bâtis (deux sur trois encore en élévation) et pour accéder aux cavités creusées dans les grottes dans lesquelles se déroulaient un culte avec la présence de statues. Dans ces temples, des cultes sont encore rendus. Ce site semble avoir été exploité comme carrière de pierre. Certains d’entre nous ont pu constater la présence de traces de débitage de blocs. Il y avait beaucoup d’éboulis et une pente douce qui a pu servir à faire descendre les pierres une fois extraites de la paroi. C’était très instructif car personnellement, je ne m’en serais pas rendu compte toute seule. Chaque détail importe !

Ce fut une longue journée mais j’ai vraiment appris beaucoup de choses.

Rachel


Sketch of half a line of Sanskrit verse from KA 021 in Angkor Borei Museum.

Today we journeyed to the South and East of Phnom Penh and explored several sites in the province of Takeo. It was a long day (we left at 8am and returned at 7pm), and a busy day (we were off and on the bus 6 times). Perhaps it is natural, then, that the importance of this day only hit me during dinner, when we had time to stop and reflect. On the other hand, it took an incisive comment in a discussion about cultural patrimony to refocus my attention on the day’s events.

Several things stood out to me about this day.

There were the two museums we visited, first the provincial museum for all Takeo, and then the one for Angkor Borei. Dingy is not quite the right word to describe them, and both of their collection boxes were reasonably filled. Used might better convey the mixture of care obviously taken for the artifacts and yet the ware apparent in the buildings themselves.

Next, this was the first time a Cambodian guide joined us, and we relied on his knowledge in some cases to find features well off the road. At one point we struck out across someone’s fields and behind their hay bales found a section of the perimeter wall of Angkor Borei.

The last image that sticks in my mind from this day is that of a small child, one of several to follow us up to the basalt shrine of Phnom Borei, who shimmied up and in through one of its windows as we filed cautiously through the door. While as a historian I felt I should disapprove of such a practice, I could not help feel a bit jealous of these children, who had ancient ruins as a playground.  

Indeed, who was more connected to the past, we learned academics, or the children tossing fragments of ancient bricks down hillsides? Why is it that our main guide for most of this trip, excellent though he was, was not a native Cambodian? In addition to what we learned about sites or inscriptions, this day gave us the chance to reflect on the nature of our trip, what we as foreign scholars are doing here, and how that compares to the Cambodians lived experience of their past. However much we may wish that the past was safely protected in a climate-controlled museum vitrine, the intimate interaction with the archaeological landscape we have seen in Cambodia has revealed, perhaps, one downside to this clinical approach.

Sam