Day 10 – Nicolas & Mahmoud

Mercredi 13 mai 2015 – Thasos

Deuxième journée à Thasos. Le matin, nous terminons le travail sur les inscriptions attribuées à quatre groupes à Athènes.

Pendant deux heures l’après-midi, les quatre présentations se sont succédées, sous les regards attentifs de Michèle Brunet, John Bodel, Marie-Claire Beaulieu et Emmanuelle Morlock.

  • Élise et Mahmoud ont présenté l’inscription IG II2 4215 en soulignant les problèmes qu’ils ont rencontrés :
  1. Comment relier les tria nomina et les fonctions romains au nom principal dans un Treebank (Attribute ou ATV) ?
  2. Encoder Ἰταλικόν comme un agnomen ou un ethnicum ?
  3. Quel verbe sous-entendre pour commencer le Treebank ? – ἔτιμησε
  • Pour Drakontidès de Panaia (IG II2 3088), présenté par Marion, Dominic et Gaia, nous avons surtout réfléchi à la question des deux inscriptions : faut-il les comprendre comme deux copies de la même inscription ou deux inscriptions différentes (pour deux catégories de victoire différentes) ? L’identité des vainqueurs pour les deux inscriptions mène à conclure que c’est une inscription gravée deux fois sur deux des trois côtés de la base de trépied : les préoccupations de visualisation et de circulation autour du monument sont ainsi perceptibles dans ce choix.
  • Avec l’inscription IG II2 3609, Julia et Clément ont précisé les différentes bases onomastiques et prosopographiques auxquelles on peut se référer dans l’encodage d’une inscription qui contient des noms de personnes : Trismegistos, LGPN online. La TEI permet également de préciser les relations entre les personnes : entre un père et un fils, le type de relation sera « parent », le père sera « active » et le fils « passive ».
  • Enfin, Adeline et Kelly ont présenté une dédicace d’une statue à Hadrien (IG II2 3287A), qui faisait partie d’un ensemble de douze statues offertes à l’empereur par les douze tribus athéniennes. La titulaire d’un empereur romain comprend non seulement les qualificatifs qui s’appliquent à sa personne, mais également ses ascendants et leurs qualificatifs : il est ici question de Trajan et de Nerva ; pour chacun d’eux, il faut imbriquer un autre <persName> dans celui qui désigne Hadrien.

La fin de la journée a été consacrée à des ateliers, en groupes réduits, autour de trois méthodes et outils pour relever une inscription pour son étude : la photogrammétrie, l’estampage et le dessin. Pour le dessin, Nicolas Bresch nous a présenté le matériel nécessaire et nous a accompagnés dans les différentes étapes du relevé d’une inscription, qui doit être, dans ce travail, considéré comme des traits et du dessin, en faisant abstraction de la signification (lettres, mots, texte).Vloe5

On place d’abord le cadre du dessin (limites de la pierre ou cadre orthogonal artificiel), puis les lignes d’écriture, puis quelques lettres repères sur chaque ligne ; le dessin se termine ensuite avec l’aide d’une orthophotographie et d’un logiciel de dessin vectoriel (Adobe Illustrator par exemple).

En somme, une journée dense, où furent abordées différentes étapes d’édition numérique d’une inscription, du relevé à l’encodage EpiDoc… en sens inverse !

Nicolas


I ended this day, a beautiful one in Thasos, on the harbor at sunset

 

in a sitdown conversation with Simona Stoyanova, a digital humanist at Leipzig University and Ph.D. candidate at Kings College London, and Thibault Clérice, a digital humanist and coder working for the Perseus Project at Leipzig and scheduled to enter the graduate program HiSoMa at Lyon is September 2015).  Thibault and Simona had joined Emmanuelle Morlock earlier in the day in providing feedback on final presentation of the digital editions of a selection of inscriptions from the Athenian theater of Dionysus. These three experts joined Professors Beaulieu, Bodel, and Brunet in challenging, critiquing, and refining these editions one by one as they were presented. They and the project members provided feedback on matters such as the encoding of transliterated names, familial relations, and stable reference links.  After the two hours of presentations followed by workshops on squeeze making, scientific drawings, and photogrammetry, I sat down with these experts TEI and the semantic markup of texts of various sorts and had a long discussion of the finer points of XML, the Resource Description Framework (RDF), and best practices in Epidoc.

Mahmoud