Day 09 – Gaia & Adeline

Mardi 12 mai – Thasos

On our first morning in Thasos we worked in groups on the inscriptions that we had seen in the Theater of Dionysus. Each team focused on one inscription and was asked to make a digital edition of it. We also were asked to prepare to give a twenty minutes presentation of what we produced, to be delivered on the following day. For this project I worked with Dom and Marion and our inscription was IG II² 3088. We had done some preliminary research on the inscription while we were in Larissa, however only at this point we realized that this stone (dated in 175/4 BCE) mentioned the Athenian officials agonothetes for the last time before the famous inscription of Gaius Julius Antiochus Epiphanes Philopappos in the latter half of the first century CE.

We were also able to consult on-line a number of articles and books of recent publication that mentioned our inscription. Once we produced the encoding using the program Oxygen and the USEP templates, we also made a digital edition on Perseids, creating the Treebanks and the Word Alignment. While the digital encoding was fairly easy, the commentary and the interpretation of the inscription was not so straightforward. We encounter a few difficulties describing the nature of the monument, which is generally described as agonothetic monument, however the inscription bares no sign that those officials paid for setting up the tripod. We hypothesized that the victorious tribe actually provided money for the monument. We agreed on how we should divide the material for the presentation among ourselves and to make a final decision regarding the interpretation of the inscription on the following day.

Gaia


Prise de nos quartiers au Καλογερικό où nous travaillerons désormais à Thasos.

La journée est consacrée à l’encodage et notamment aux inscriptions du théâtre de Dionysos que nous présenterons demain, à raison de 20 minutes par groupe pour expliquer notre travail, nos choix et nos difficultés. Notre équipe est en charge de la dédicace d’une base de statue à Hadrien, placée sur le théâtre (IG II2 3287A). L’encodage du texte a déjà été réalisé à Larissa et cela n’a pas posé de difficultés particulières dans la mesure où le texte est lisible, avec seulement deux lettres effacées, mais aisément identifiables.

Une fois cette étape passée, il s’agit maintenant de s’interroger sur le balisage des différentes spécificités du contenu, qui sont, elles, plus nombreuses. On observe donc sur cette inscription la présence de plusieurs noms pour décrire la personne d’Hadrien, mais également la mention d’une tribu, qui est justement à l’origine de la dédicace, et enfin des ligatures et un chiffre. C’est d’ailleurs ce dernier qui pose le plus de difficultés, dans la mesure où on lit « X » pour dénombrer le nombre de membres de la Boulè, ce qui fait penser immédiatement à 1000, mais qui représente en réalité les 600 bouleutes en raison des 12 tribus.

Après de plus amples recherches sur les publications de l’inscription, nous constatons également que cette base fait partie d’un ensemble de 12 bases et statues dédiées par les 12 tribus à Hadrien. Même si le temps nous manque alors pour effectuer un encodage plus poussé, la notion de contexte historique et archéologique ressort très bien de cet exemple et il serait intéressant de représenter cette inscription à la fois dans sa série d’origine et dans son contexte.

Par la suite, nous avons utilisé l’outil Arethusa de Perseids pour créer une arborescence syntaxique à partir de l’inscription. Grâce à cet outil d’annotation morpho-syntaxique, il est intéressant d’analyser l’organisation du texte et le rapport entre les différents termes, parfois être plus obscur que dans un texte littéraire.

Adeline