Day 03 – Gaia & Adeline

6 mai 2015 – Athènes – Musée de l’Acropole , Théâtre de Dionysos et Acropole

This morning, on our third day in Athens, we walked down to the center of the city.

After having seen the remains of the road that leads from Athens to Acharnes and a portion of the ancient walls, we went to the Acropolis Museum. We spent the morning looking at their impressive collection of objects, which were all found either on the Acropolis or the two slopes of the hill. We read some archaic inscriptions on the bases of statues dedicated to the goddess Athena and then we took a closer look at two inscriptions from the Erechtheion recording the expenditure of the temple. Reading them was rather complicated and it took a collaborative effort to understand the text. Then we were given our third assignment, to focus on one of the pieces in the museum’s collection, the Neapolis’ decrees (IG I3 101, ML 89). We compared the stele, which is broken and fragmentary, with other inscriptions of decrees present in the museum. By doing that, our goal was to be able to read the text better and to identify the iconography represented on the top of the stele.

After lunch we went to the Theater of Dionysos to examine inscriptions from the Roman period at the Theater of Dionysus and in the nearby stoa created for their display. We were divided into teams of two, and each team worked on an inscription that presented some difficult features. We discussed those difficulties with our partners and we were able to make good progress in understanding the text. We also worked all together on an inscription mentioning Antiochus Epiphanes Philopappos and his generous contribution for the Dionysian Chorus. The text was not easy to interpret, because it presented some unusual features, but we took good pictures and notes and we will keep on working on that.

Gaia


Première escale de la journée : le musée de l’Acropole

Le musée de l'Acropole au sud de l'Acropole
Le musée de l’Acropole au sud de l’Acropole

Ouvert en 2009, c’est à travers 3 salles d’exposition que l’on remonte le temps, en suivant l’élévation des monuments jusqu’à leurs traces encore visibles. On commence donc par la présentation de différents objets retrouvés dans les sanctuaires se trouvant aux pieds du plateau principal, céramiques, inscriptions ou sculptures. Avant de visiter la deuxième salle consacrée à l’état archaïque du l’Acropole, nous retrouvons Raphael Jacob, conservateur au musée et spécialiste de sculpture grecque, qui nous présente certaines oeuvres dont il a pu retrouver et ré-assembler certains fragments, dont une figure de la frise de l’Erecththeion (Jacob Raphaël, « Une figure recomposée de la frise de l’Érechtheion », Revue archéologique 2/2014 (n° 58) , p. 303-324).

Dans cette salle, nous nous sommes attardés sur quelques inscriptions : les comptes de l’Erechtheion, puis un ensemble de décrets, et plus particulièrement un (EM 6598) dans lequel Athènes honore Néapolis, restée fidèle à l’Alliance alors que Thasos avait fait défection et lui faisait même la guerre.

La visite se termine par le dernier étage construit en symétrie avec le Parthénon pour y exposer la frise des Panathénées, les métopes et les frontons. Le choix d’exposition est particulièrement intéressant, puisque dans une majeure partie de la salle, il y a un vis-à-vis constant avec le monument, soulignant l’importance d’avoir toujours en tête le contexte des objets archéologiques. On note également que toute la présentation alterne entre les originaux et des copies des pièces conservées dans d’autres musées, attendant patiemment leur retour.

Deuxième étape de la journée : le théâtre de Dionysos et ses inscriptions. Divisés en petits groupes, chacun s’est vu attribuer une inscription et une commune à tous, mais toutes en lien avec le théâtre. En premier, déchiffrement, lecture du texte, avec pour objectif final de retrouver la bibliographie et d’éditer cet ensemble avec EpiDoc. On constate rapidement que la tâche est plus ardue qu’on ne l’imagine, car l’apprentissage théorique de l’épigraphie est aussitôt confronté à la réalité du déchiffrement, sans possibilité de s’appuyer sur les publications, ce qui rend l’exercice d’autant plus intéressant. Outre la connaissance du grec et des codes de la « mise en pierre », on s’aperçoit assez vite que la connaissance des éléments de contexte historique est indispensable pour l’épigraphie, et ici particulièrement dans des inscriptions où sont mentionnées les tribus. Un autre constat se fait également sur la meilleure manière d’étudier une inscription : sur l’original ou à partir de la documentation ? La réponse n’est pas tranchée et dépend bien sûr de différents éléments extérieurs, comme l’exposition de la lumière par exemple, qui n’est pas toujours favorable et dans certains cas, étudier directement une photo ou un estampage est plus aisé.

Notre journée se termine sur l’incontournable ascension de l’Acropole que Michèle Brunet nous présente, en rappelant l’organisation de ce lieu, qui a été effacé par le passage du temps, notamment en ce qui concerne l’exposition des inscriptions.

Adeline