Day 02 – Elise & Dominic

5 mai 2015 – Athènes, Musée Épigraphique

Notre journée a commencé par une visite au Musée Epigraphique d’Athènes, qui a débuté par une brève présentation des différentes salles du musée.

Tout d’abord la salle des inscriptions archaïques, puis celle des inscriptions du Ve siècle, siècle qui marque nettement l’avènement de l’Athènes “administrative”, puisque c’est dans cette salle que sont entreposées les inscriptions relatives aux comptes et inventaires de la cité. La troisième salle qui nous a été présentée est celle qui concerne les inscriptions ayant une importance historique, dans laquelle nous avons pu voir un exemple d’abaque. Au cours de ce premier contact, nous avons été invités à être attentifs à la technicité de la gravure et de l’écriture, notamment la taille des lettres, leur disposition, et certaines graphies archaïques, telles que le koppa ou le digamma.

Véronique Chankowski nous a présenté les Athenian Tribute Lists, en commençant par l’historiographie de la publication de ces inscriptions. Cette appellation vient du titre de l’ouvrage en 4 volumes paru entre 1939 et 1953, aux Harvard University Press, de  Benjamin D. Meritt, H. T. Wade-Gery, et Malcolm F. McGregor. Il s’agit d’un dossier qui occupe une place centrale dans l’histoire athénienne  puisqu’il permet d’entrer dans le processus de formation de l’impérialisme athénien, qui est connu par ailleurs par les sources littéraires (Thucydide, Plutarque), que ces monuments viennent confirmer. Ce texte est absolument essentiel puisque c’est grâce à lui que nous savons que le trésor de la Ligue a été transféré de Délos à Athènes aux alentours de 454. Ces documents permettent de réfléchir à  plusieurs enjeux majeurs de l’épigraphie : notamment l’établissement du texte, la restitution et la reconstitution plastique des différents fragments. ATL Restitution graphiqueAu cours des questions, nous avons pu nous interroger sur les différents enjeux d’un encodage de ces trois textes épigraphiques avec EpiDoc.

Michèle Brunet nous a ensuite présenté les listes de soldats morts au combat, dites casualty lists, présentes dans la salle voisine. Le groupe d’étudiants a formé deux équipes, l’une ayant pour mission d’étudier la liste des soldats morts au combat présente au Louvre, et l’autre étant chargée de relever sur les listes de tributs toutes les occurrences des versements de tributs par les Thasiens. Les étudiants devront tous par la suite travailler à l’encodage de ces documents avec  EpiDoc TEI XML.

Enfin, à la fin de la journée, Scott DiGiulio a présenté à l’ensemble du groupe un modèle qu’il a crée dans EpiDoc pour encoder un estampage conservé à l’Université Brown de la deuxième stèle des listes du tribut.

Elise


We began our day at 9:30 with a trip to the nearby Epigraphic Museum. After a brief visit to exhibition rooms containing early Attic material, administrative documents from the 5th century Athens and historically important inscriptions from all periods, we spent the majority of our time at the EM focusing on two very famous inscription types.

The first of these was the Athenian tribute lists, a document which recorded the aparchai (first fruits) given to Athena by the allies of Athens between 454/3 – 410/9 BCE. Our guest speaker, Veronique Chankowski, discussed the problems and controversy brought about by the reconstruction of Athenian tribute lists by B.D. Merritt et al. in the EM. She stated that Merritt had gone too far in his reconstruction of the text and warned us of the dangers of doing “history from square brackets.” The group discussed how EpiDoc might help to explain more fully how each of the fragments of the document interact with one another textually and spatially. To this end, Elise, Mahmoud, Clément and Gaia began to research how EpiDoc might help to elucidate the changing relationship between the Thasians and the Athenians during the 5th century BCE.

Our program director, Michèle Brunet, provided a useful introduction about Athenian casualty lists erected in the demosion sema between the end of the Persian War and the end of the Peloponnesian War. She discussed how EpiDoc could better our understanding of these documents through analysis of the people and places found therein. She also noted that EpiDoc enabled us to incorporate important architectural and topographic aspects of casualty lists such as those recently elucidated by Nathan Arrington. Kelly, Adeline, Marion, Julia and Dominic carefully surveyed the casualty lists in the museum for comparison with the famous Erechtheid casualty list of 460/59 found in the Louvre collection of Greek Inscriptions (one of the so-called “Marbre Nointel”).

We ended the day by returning to the French School for a lecture from Scott DiGiulio about his experience of creating editions in EpiDoc of the Athenian tribute lists and Athenian casualty lists, which brought to the fore the technical and semantic problems that both groups of students would have to deal with as they created digital editions of their inscriptions.

Dominic