Table-ronde conclusive du programme

Visible Words: Digital Epigraphy in a Global Perspective
John D. Rockfeller, Jr. Library, Brown University
05-07 octobre 2017

Durant un jour et demi de courtes présentations et discussions (6-7 octobre 2017), la table-ronde réunira des spécialistes de sociétés antiques et médiévales qui ont eu recours aux inscriptions/écritures spectaculaires. Représentant une demi-douzaine de langues et d’écritures différentes, ces chercheurs sont tous impliqués dans la création ou le développement de corpus et d’éditions critiques numériques de documents épigraphiques.
 
La rencontre sera précédée d’un atelier de formation à EpiDoc (5-6 octobre), comprenant une introduction aux bases du système d’édition numérique pour les documents épigraphiques en écritures alphabétiques et non alphabétiques et un rafraîchissement des connaissances pour ceux qui sont d’ores et déjà familiers avec cette méthode.
 
Ces deux événéments constituent le parachèvement du programme franco-américain Visible Words/MotSavoir. Conformément à l’esprit du programme, cette rencontre est intentionnellement exploratoire et de nature collaborative. Nous espérons ainsi poursuivre l’entreprise commune pour faire avancer l’étude des inscriptions grâce aux technologies numériques, en cherchant à mettre en évidence les points communs (à la fois disciplinaires et techniques), et en repérant et qualifiant les différences, afin aussi d’identifier des domaines intéressants pour de futurs développements exploratoires.
 
Voir la page dédiée sur le site de Brown University
 

L’usage d’inscrire des textes et d’autres types de messages sur des supports durables est répandu dans les sociétés du passé et du présent. La variété des matériaux et des façons de créer ces inscriptions est aussi diverse que les cultures dans lesquelles cette pratique est attestée. Toutefois, par delà cette variété, les motivations et les usages des inscriptions se laissent le plus souvent répartir entre quelques grandes catégories génériques : votives, honorifiques, funéraires, juridiques, etc., et les modes de fabrication — gravure sur pierre, peinture, incision ou moulage sur plaque de métal — sont souvent identiques d’une culture à l’autre.
Inévitablement, les spécialistes des inscriptions des différentes civilisations ont été amenés à développer au fil du temps des conventions pour le classement et l’édition de leurs documents qui sont adaptées à leurs spécificités. Bien souvent ces conventions se sont fossilisées dans des normes disciplinaires standardisées qui, en retour, ont une impact parfois négatif sur l’utilisation qui peut être faite des inscriptions par les chercheurs non-spécialistes d’épigraphie, voire même sur la compréhension qu’on peut avoir de ces documents, notamment quant à leur rôle mis en perspective dans un contexte culturel plus large.
L’arrivée des technologies numériques a constitué pour les spécialistes des inscriptions antiques et médiévales une opportunité de repenser la façon dont leurs documents sont présentés et de procéder à une révision et à réactualisation des standards et conventions de leurs disciplines. Pour l’édition critique des inscriptions dans un environnement numérique, la plupart s’appuient sur les recommandations et les outils au format non propriétaire utilisant le langage XML, tel EpiDoc, et sur l’imagerie numérique en 3D, tel le Digital Epigraphy and Archaeology Project, créés et maintenus par des groupes de chercheurs travaillant de manière collaborative afin de développer de nouvelles méthodes et de nouveaux standards.
Néanmoins, en dépit d’échanges interdisciplinaires désormais facilités par l’usage de plus en plus répandu du langage de balisage commun XML, utilisé pour décrire et caractériser les phénomènes épigraphiques qui s’avèrent communs à de nombreuses sociétés (disposition du texte, corrections et suppressions, types de supports), les épigraphistes pratiquant l’édition numérique tendent encore à travailler le plus souvent dans les limites de leur discipline, sans beaucoup d’échanges croisés interdisciplinaires.
Le moment nous semble donc venu pour se demander si les épigraphistes pratiquant ce type d’édition peuvent tirer profit des défis qu’ils partagent par delà les frontières de leurs disciplines respectives, pour contribuer au développement d’une épigraphie générale et translinguistique, comprise comme une modalité particulière de la communication humaine, avec des conventions et une esthétique propre, aussi cohérente et autonome que d’autres secteurs comme la littérature ou l’art figuré.
Plus modestement, on se demandera si les chercheurs impliqués dans le développement d’éditions numériques et de bases de données portant sur des documents épigraphiques peuvent tirer parti du partage de technologies numériques et de leurs stratégies de mise en œuvre, afin de faire bénéficier un public élargi d’un accès facilité à des corpus d’inscriptions recontextualisés.

Digital Contextual Epigraphy – Épigraphie numérique et contextuelle